h  Info lettre

RObservatoire partenarial

l Flux rss

CNous contacter

Actualités détaillées
Date : 06 06 2012
Traits d'Agences, le magazine de la Fédération Nationale des Agences d'Urbanisme consacre son supplément du printemps / été 2012 aux Dynamiques transfrontalières. L’Audap publie dans ce dossier un article sur la manière dont le rail porte un système de mobilité de part et d’autre de la Bidassoa qui contribue à renforcer la coopération territoriale de l’Eurocité basque.

L’Agence transfrontalière, qui associe notamment la Diputación de Guipúzcoa, le Consorcio de Txingudi et la Communauté d’agglomération Côte basque Adour, a rédigé en 2001 un «Livre Blanc de l’Eurocité basque», territoire qui court sur quelque 50 kilomètres et accueille 600 000 habitants. Si les principes de coopération ont été aisément partagés, il a été difficile de passer à la mise en œuvre des projets identifiés. Ainsi les études d’un tram-train ont été abandonnées dès 2004 pour des raisons tant politiques que techniques et financières. Pourtant, les flux quotidiens des habitants à la frontière sont estimés à 30000, hors déplacements d’échange et de transit, concentrés sur les franchissements de la Bidassoa : trois ponts routiers et un pont ferroviaire.

L’Agence transfrontalière a missionné l’Agence d’urbanisme
En 2009, l’Agence transfrontalière a missionné l’Agence d’urbanisme Atlantiques et Pyrénées et un bureau d’études espagnol (LKS) pour actualiser ce document. Il a fallu tout d’abord reconnaître la faiblesse des données disponibles, et la difficulté à en disposer. Ainsi l’Enquête ménages déplacements engagée alors pour l’agglomération basco-landaise ne proposait pas de questionnement spécifique à ce sujet.
Il a fallu ensuite comparer les politiques menées de part et d’autre de la frontière et étudier la possibilité de les faire converger. Par exemple, la mise en compatibilité des offres «vélo en libre-service» des collectivités nécessiterait une forte coordination. De même pour la mise en place d’un dispositif transfrontalier d’information de l’ensemble des réseaux de transport, et plus encore pour une interopérabilité des titres de transport. Mais les principaux freins à une réelle réponse aux besoins de mobilité transfrontalière restaient la différence d’écartement ferré entre la France et l’Espagne et la nécessaire coordination des autorités régionales, l’Aquitaine d’un côté, l’Euskadi de l’autre.

D’ici 2017, l’obstacle de la rupture de charge sera levé
C’est finalement le projet de liaison ferroviaire à grande vitesse Paris-Madrid qui aura permis de donner l’impulsion. Les contraintes financières d’une ligne nouvelle amènent les pouvoirs publics côté espagnol à privilégier la mise à gabarit européen de la voie ferrée existante entre Saint-Sébastien et Irun, à la frontière. D’ici 2017, l’obstacle de la rupture de charge sera levé et il sera possible d’aller sans arrêt de Bayonne à Saint-Sébastien. Cette décision remet sous les feux de l’actualité la nécessité d’un projet territorial partagé entre les collectivités et d’une coopération renforcée entre les autorités organisatrices de transport. En effet, comment intégrer cette nouvelle donne dans l’organisation des offres de transport ? Quels autres obstacles sont à franchir pour faire du rail la colonne vertébrale du système de mobilité de l’Eurocité basque ? Les questions à aborder sont nombreuses, qu’il s’agisse de la nature de la desserte et de sa fréquence, de choix techniques (matériel roulant, exploitation, tarification), d’articulation avec les offres urbaines et périurbaines.
Le Groupement européen de coopération transfrontalière (GECT Eurorégion), qui regroupe la Région Aquitaine et la Communauté autonome d’Euskadi depuis le 1er janvier 2012, s’engage dans cette démarche (projet Transfermuga, retenu par le programme européen FEDER). Il associe à cette démarche l’Audap, l’ILV (Institut basque de la logistique) et Euskotren (gestionnaire et exploitant du réseau ferroviaire basque). Le projet a quatre objectifs : quantifier et qualifier la mobilité transfrontalière et la modéliser, expertiser le système ferroviaire actuel et projeté et les freins à l'effacement de la frontière, proposer un scénario de mobilité transfrontalière avec le rail comme élément structurant, et y faire adhérer les acteurs locaux et régionaux, en portant le projet à la connaissance des instances européennes pour son inscription au Schéma des Réseaux Transeuropéens de Transport (RTE 2014-2020).

Fin 2012, un séminaire transfrontalier
Dès la fin 2012, un premier séminaire transfrontalier permettra aux acteurs concernés de dresser la feuille de route de ce projet. La proposition qui en ressortira constituera un maillon essentiel du système de mobilité transfrontalière et un marqueur tangible de l’Eurocité basque.

En savoir plus :

Auteur :

Damien Caudron | Directeur Général Agence d'Urbanisme Atlantique et Pyrénées 05 59 46 50 10 d.caudron@audap.org
 
 
Retour
 
© ICI 2002-2014 | Powered by CMSimple | Hébergement : aditu | Connexion